L’article des IRSC sur Positive Living, Positive Homes

Logement, santé et VIH

Partout dans le monde, les écrivains, les philosophes et les artistes ont essayé de saisir la notion de « foyer », cet état psychologique de chaleur et de sécurité, de familiarité et de cœur. Même si cette notion diffère pour chacun d’entre nous, nous convenons généralement que notre « foyer » est un endroit spécial. Il n’est donc pas surprenant de constater que l’endroit où nous vivons peut influer sur notre bien-être mental et physique?

La recherche a déjà révélé un lien direct entre le logement et la santé, en particulier pour les personnes qui vivent avec le VIH. Des études ont montré que la situation de logement d’une personne (stable, instable, sans abri) aidait beaucoup à prédire si cette personne serait en mesure ou non d’accéder et d’adhérer à un traitement médical. Le logement joue aussi un rôle sur le plan de la prévention, les sans-abri ou les personnes en situation de logement instable étant plus susceptibles de contracter le VIH.

Fort de ce savoir, le Pacific AIDS Network (PAN) voulait se pencher sur l’expérience particulière des personnes vivant avec le VIH en Colombie-Britannique. Avec l’aide des Instituts de recherche en santé du Canada, le PAN a codirigé la création de Positive Living, Positive Homes (PLPH). Dans le cadre d’études de cas centrées sur Kamloops, Prince George et le Grand Vancouver, le projet fait appel à une équipe multi-intervenants composée de chercheurs, de responsables des politiques, de fournisseurs de services et de personnes vivant avec le VIH. Il a été conçu pour explorer l’impact des politiques et des programmes de logement à la lumière de l’expérience réelle des membres de la communauté.

Lire l’article complet sur le site de l’IRSC.

Comments are closed.