Collaborations et solutions en recherche sur le VIH, le VHC et les ITSS

Colombie-Britannique

BC CBR Quarterly — CAHR 2018 Ancillary Event

The BC Community-Based Research (CBR) Quarterly Meetings (referred to as the CBR Quarterly Meetings hereon) is a community of practice that gathers three to four times a year to share learnings, challenges, and best practices related to CBR, evaluation, and knowledge translation/sharing initiatives. Meetings are organized by Pacific AIDS Network (PAN) staff, hosted by McLaren Housing Society, and attended by community members and researchers (including peers), community-based organizations, students, and academic researchers.

At the 2018 Canadian Association for HIV Research (CAHR) Conference, this diverse group held a demo, participant-observation CBR Quarterly Meeting as an ancillary event to inspire others to think about the value of peer work in research and the benefit of collaborative spaces in the uptake and integration of research findings into practice. The ultimate hope for this event was to excite others to consider modeling similar communities of practices in other regions of Canada.

So on the morning of April 26, a group of 21 participants gathered for this event. A background document outlining the history and timeline of the CBR Quarterly Meetings developed by PAN representatives was shared, demonstrating the impacts and accomplishments of this community of practice since its inception in 2010. Some of the high-level impacts shared included peer mentorship and support, networking, access to academics, capacity building, and collaborative brainstorming/problem-solving.

Peers of two CBR projects shared their experiences and perspectives, and it was incredible to document the positive impacts peer work has had on both the CBR projects and the Peer Research Associates (PRAs) themselves. PRAs from the SHAWNA Project highlighted building skills in various areas of research and meaningfully contributing to all stages of the project, while feeling well supported within their own team and also through the CBR Quarterly Meetings. Similarly, the team from the Oral History Project (that started with a community meeting, HIV in My Day: Reflecting Back, Looking Forward) emphasized the importance of embodying CBR principles from the beginning stages of CBR, allowing for a balance between academic and peer voices. PRAs from this project said they were honored to gather and listen to the stories of long-term survivors and caregivers of the early days of HIV/AIDS epidemic, and found this experience meaningful in terms of continuing to engage in the battle against HIV.

PAN staff used two CBR studies – Positive Living Positive Homes (PLPH) and The BC People Living with HIV Stigma Index Project (Stigma Index) – to showcase how CBR findings can influence programming/future work and be mobilized into action. The PLPH peer knowledge translator shared how the study findings increased people’s awareness around the important link between HIV, health, and housing; provided evidence of various advocacy efforts by PAN and partner organizations; and are being translated into useful resources and tools for people living with HIV (PLHIV) and communities (including service providers). The Stigma Index peer knowledge translator shared how the project team is using the gaps identified to inform the project’s future directions (i.e. gathering qualitative data to complement its quantitative data), and how learnings from this BC project (the first in Canada) are now being shared with/informing the national project.

Following the usual format of the CBR Quarterly Meetings the meetings participants were provided with time to network and the AHA Centre and the Dr. Peter Centre exemplified project/program updates – providing a brief summary of the program and sharing one success, one challenge, and one lesson learned. Overall, the event was well-received by the participants, who shared that BC folks know how to make CBR fun and that they are excited and inspired to go do research. The agenda and minutes from this meeting can be found here.

Permalink

PAN Presents: Positive Living, Positive Homes at CAHR 2018

Mona Lee from PAN

The 2018 Canadian Association for HIV Research (CAHR) conference was held in Vancouver this year, and representatives from our community-based research team were on hand to share data from some of our work.

Data from Positive Living Positive Homes was presented at an oral abstract session and in poster format.

To see the the poster in greater detail.

 

Learn more:

Positive Living, Positive Homes project page
Community-Based Research and Evaluation at Pacific AIDS Network

Permalink

PAN Presents: The BC People Living with HIV Stigma Index Project at CAHR 2018

Tabitha Steager (Research Coordinator) and Antonio Marante (Knowledge Translator) from PAN

The 2018 Canadian Association for HIV Research (CAHR) conference was held in Vancouver this year, and representatives from our community-based research team were on hand to share data from some of our work.

Information from The BC People Living with HIV Stigma Index Project was presented in two poster  sessions. We presented one poster about the experience of the study process for peer research associates, and one that noted some key findings about confronting stigma and discrimination (scroll down to see a preview).

To see greater detail in “From Darkness to Light,” about the process of the research.

To see greater detail in “Confronting Stigma and Discrimination” with some initial results from BC’s study.

Permalink

New Implementation Science Research Design Tool

The Centre for Implementation Science at King’s College London has recently developed the ImpRes Tool. Its purpose is to support research teams who are in the process of designing implementation research and work to implement evidence-based interventions into practice.See: http://www.kingsimprovementscience.org/files/ImpRes_Guide_April_2018.pdf?utm_source=EIC+Stakeholders&utm_campaign=7c2e35f8b4-EMAIL_CAMPAIGN_2018_04_22&utm_medium=email&utm_term=0_ea81bd44fe-7c2e35f8b4-295895941

Permalink

MB HIV Collective Impact Network April Symposium Great Success!

A Great Success!
The Symposium was an overwhelming success with over 95 people in attendance on April13. The purpose of the event was for knowledge exchange, idea generation and for network building. We had people from Saskatchewan, Ontario, Nova Scotia as well as people from all over Manitoba!
We were pleased to have 18 posters including a quilt as a poster!
We particularly appreciated the many out-of-town presenters and participants who were able to attend.
Many thanks to all the helpers who made this happen: including volunteers, staff, students, & our Stewardship Team.
We will be preparing a report. Watch for it in our next Monthly e-news in June!

Permalink

Pets a Key to Health, Positive Living Positive Home Study Confirms

The Positive Living, Positive Homes (PLPH) study in BC has been actively sharing its findings in its final research phases. One of the ways we have been sharing findings is through holding gatherings at various community-based organizations that helped and supported us throughout the study. We recruited participants living with HIV at these organizations, and service providers of these organizations participated in the study too. Some of these organizations also kindly hosted us by providing us with private and confidential spaces so our participants felt safe and secure in doing in-depth interviews.

Pets came up as one of the key themes out of the interviews with people living with HIV (PLHIV).  Not surprisingly, pets were a very popular topic at the recent community gatherings amongst attendees (including people with lived experience, people from communities who are interested in and are advocates for HIV and/or housing, and service providers). When we asked folks in the room to raise their hands if they owned a pet, close to half (at one meeting) and more than half (at another meeting) raised their hands. As the rooms spoke and as our data speak, pets are a huge part of people’s lives.

For the PLPH participants living with HIV, pets promoted health in many ways. Some of our participants said that their pets, especially dogs, keep their physical health in check because they have to go outside to walk the dog and let the dog do its business. This meant that the participants were also walking too. Also, our participants who own a pet shared that their pets are critical to their mental health. Their pets allowed them to feel less isolated, and the connection and love they have with their pets really helped them feel better. One participant shared,

“I’ve had depression my whole life. I go through cycles. And I know that my dogs keep me from isolating myself, because they have to go out to go to the bathroom, so they keep me engaged in the world, and just their company is really quite comforting. So they’re very important to me.”

But sometimes, having pets mean being denied for housing. Here is what one participant said,

“I went to go try another [rental], they said ‘No,’ they won’t let my dog. I love, love my dog.”

This participant was not able to rent because of a “no pets” policy. This is an important area of advocacy for our sector and beyond – our system should support us to keep those facilitators of health close to us and one should not be denied housing because of pets. There is a petition to “End “No Pets” Policies in British Columbia” if you are interested in adding your voice to this movement.

Watch for more PLPH findings in the coming weeks on PAN’s website!

Written By: Mona Lee

Permalink

Positive Living, Positive Homes: Presenting Community Research with Data Placemats

The Positive Living, Positive Homes study is now in its final phases of knowledge sharing! Over the next several weeks, look on the PAN website and in your PAN e-news for findings from this innovative, community-based research study that’s been active in Prince George, Kamloops, and Greater Vancouver since 2015.

Today we present the “data placemats” generated throughout 2017 for our consultations with the site communities.

These placemats are based on PLHIV (people living with HIV) participant responses to initial interviews, conducted between 2015 and 2016 in the three case study communities. Participants living with HIV were interviewed a second time (2016-2017) and we are currently generating findings about housing experiences over time. We look forward to sharing those results in future blogs, and at the 2018 Canadian Association for HIV Research (CAHR) conference in Vancouver on Friday, April 27.

 

View data placemat from Prince George

View data placemat from Kamloops

View data placemat  from Vancouver

Permalink

Évaluer une évaluation (!) : méta-évaluation de l’approche participative du PAN à l’évaluation d’impact du PLDI

Lorsque le Pacific AIDS Network (PAN) a décidé d’adopter une approche participative à l’évaluation d’impact du Positive Leadership Development Institute (PLDI), nous avons reconnu l’aspect novateur de cette méthodologie et voulions trouver une manière de suivre les réussites et les défis du processus pour toutes les parties impliquées. Par la même occasion, nous souhaitions mieux comprendre la relation entre la méthodologie d’évaluation et la qualité des résultats; quelle influence, le cas échéant, l’évaluation participative aurait-elle sur le résultat final?

Bien qu’il semble audacieux d’évaluer un processus d’évaluation (!), le PAN a décidé de réaliser une « méta-évaluation » visant à tirer des leçons de son processus participatif et à l’améliorer pour l’avenir. Nous espérions également que la méta-évaluation génère une compréhension fondée sur des données probantes qui nous permettrait de partager des informations avec d’autres groupes envisageant une méthodologie similaire. Afin de favoriser la participation libre et confidentielle de toutes les parties impliquées dans l’évaluation d’impact du PLDI, le PAN a embauché Elayne Vlahaki, de Catalyst Consulting, pour réaliser un sondage mi-évaluation et des interviews qualitatives post-projet avec les pairs évaluateurs, les employés du PAN et les membres du Comité directeur. Le PAN est heureux de présenter les résultats de la méta-évaluation dans ce rapport et partagera volontiers aux intéressés ses expériences d’approches participatives à l’évaluation et à la recherche.

Si vous avez des questions ou des commentaires concernant l’évaluation d’impact du PLDI, veuillez communiquer avec Janice Duddy à janice@pacificaidsnetwork.org.

Permalink

Célébrer les résultats de l’évaluation d’impact du PLDI en Colombie-Britannique : un message aux dépositaires d’enjeux et une nouvelle page Web

Nous sommes ravis d’annoncer que les résultats de l’évaluation d’impact du Positive Leadership Development Institute (PLDI) du Pacific AIDS Network (PAN), en C.-B., ont été partagés avec la communauté du PLDI de la C.-B. dans un article de blogue ainsi que sur une nouvelle page Web du site du PAN!Screen Shot 2017-09-07 at 3.24.19 PM

Comme décrit dans des articles de blogues précédents (voir ici et ici), ce projet évaluatif dirigé par la communauté a exploré les impacts de la formation du PLDI pour ses participants, pour les organismes hôtes du PLDI ainsi que le secteur des OLS de la C.-B. Le personnel du PAN et un comité directeur des dépositaires d’enjeux du PLDI ont soutenu quatre pairs évaluateurs dans la conception et la réalisation de l’évaluation d’impact, qui a consisté en une collecte de données via un sondage en ligne, en des entrevues détaillées avec les finissants du programme ainsi que les intervenants, de même qu’en un groupe de discussion avec les formateurs du PLDI. L’évaluation a également inclus une analyse des données historiques évaluatives du projet qui ont été collectées après chaque séance.

Cliquez ici pour prendre connaissance du message de célébration que Jaydee Cossar, responsable du PLDI au PAN, a partagé avec les finissants du PLDI lorsqu’il a diffusé le sommaire des conclusions de l’évaluation d’impact du PLDI. Les conclusions de l’évaluation d’impact du PLDI sont accessibles sur cette page Web, qui inclut des liens à un rapport final destiné à l’Agence de la santé publique du Canada, à un sommaire (de 2 pages) des conclusions, à une présentation donnée lors d’un congrès ainsi qu’à des ressources pédagogiques développées au cours de l’évaluation d’impact du PLDI et à la fin de celle-ci.

Si vous avez des questions ou des commentaires concernant l’évaluation d’impact du PLDI, veuillez communiquer avec Heather Holroyd, coordonnatrice de l’évaluation et de la RC au PAN, à heather@pacificaidsnetwork.org.

Permalink

Réflexions sur les principes de la RC : point de mire sur les résultats, l’autoréflexion, l’évaluation de la pratique de RC

CBR Principles Reflexivity and OutcomesDans le cadre de notre série sur les principes de la RC du Centre collaboratif de RC, le présent article aborde le principe suivant :

Point de mire sur les résultats, l’autoréflexion, l’évaluation de la pratique de recherche communautaire (RC) : Pour nous assurer de travailler de la façon la plus efficace possible, il est important de déborder du cadre de contenu de la recherche afin d’évaluer le degré de succès de chaque projet dans l’appui aux principes et approches de la RC.

Janice Duddy, directrice de l’évaluation et de la recherche communautaire au Pacific AIDS Network (PAN), a eu l’occasion d’interviewer Zack Marshall, membre de l’Équipe du leadership du PRATICS et professeur adjoint à l’École de service social de l’Université McGill, qui a longuement réfléchi aux résultats, à l’autoréflexion et à l’évaluation de la pratique de RC et qui dirige l’Étude de cohorte de RC figurant sur la liste d’activités de la subvention du Centre collaboratif de RC.

Question : Zack, parlez-moi un peu de l’Étude de cohorte de RC.

C’est une occasion d’étudier la RC dans une autre perspective. Au lieu de nous pencher sur des processus d’études individuels, nous examinerons la RC dans 30 à 40 études – et développerons ainsi une cohorte de projets. Cette métaperspective nous permettra de répondre à de nouvelles questions sur la RC. Notre défi actuel est de réduire le nombre de questions ou d’interrogations à prioriser. Nous avons identifié quelques idées dans notre proposition, notamment :

  1. Quels sont les rôles des pairs chercheurs dans les projets de RC?
  2. Qu’est-ce qui motive des personnes ayant une expérience vécue à s’impliquer dans la RC?
  3. Quel est l’impact de la participation sur les pairs chercheurs? Comment l’implication influence-t-elle des déterminants sociaux comme le revenu, l’éducation et le logement, ou des résultats comme la santé mentale, la consommation de drogues et la santé physique?
  4. Quels soutiens les pairs chercheurs trouvent-ils les plus bénéfiques?
  5. Quelles approches de ressources humaines les études utilisent-elles pour coordonner et gérer des équipes de RC?
  6. Existe-t-il des principes généralement convenus pour la RC dans le contexte canadien?
  7. Pour quelles raisons décide-t-on d’utiliser cette approche?

Je veux voir comment les personnes ayant une expérience vécue s’impliquent dans la RC, et examiner certains apprentissages concernant le rôle important des pairs chercheurs dans la planification, la mise en œuvre, l’analyse et la dissémination des conclusions. Nous devons également comprendre l’impact structurel de la RC. Par exemple, la structure actuelle (qui consiste à assigner aux pairs chercheurs des postes au salaire minimum et avec peu de possibilités d’avancement) est critiquée. L’Étude de cohorte de RC nous permettra d’examiner différents modèles et différentes pratiques, dans les études, afin de comprendre l’impact des stratégies de rémunération, de formation et d’avancement.

Question : Pourquoi considérez-vous qu’il est important d’évaluer la mise en œuvre des pratiques et principes de RC?

Nous voulons comprendre comment les projets de RC et leurs conclusions influencent les politiques et la pratique. Mais nous ne visons pas à créer ou à identifier une approche systématique de RC. Nous voulons déceler les nuances dans l’utilisation de ce type de méthodologie de recherche et mieux comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas; les avantages et les inconvénients; et les coûts et bienfaits de cette approche. Apprenons les uns des autres, voyons les lacunes, puis utilisons notre créativité pour élaborer des modèles de RC plus solides et plus sophistiqués.

Il est important de noter que la cohorte aura pour point de mire des projets de RC pertinents au VIH et à la réduction des méfaits, mais qu’elle sera ouverte à tout projet de RC au Canada. Puisque nous évaluons l’impact de l’engagement participatif, des données issues de multiples domaines d’intérêt sont pertinentes; elles permettront d’établir des comparaisons entre différents domaines, tout en accroissant le réseautage et les apprentissages entre divers types d’études de recherche participative.

Un autre bienfait connexe de la cohorte est la possibilité de former un réseau de personnes qui font un travail similaire – relier des projets et des régions, rehausser la communication et le réseautage et réduire l’isolement dans la réalisation de cet important travail participatif communautaire.

Question : Comment entrevoyez-vous l’utilisation optimale de l’autoréflexion en RC?

En tant que praticien de la RC, je crois que nous sommes nombreux à pratiquer fréquemment l’autoréflexion! Des congrès comme CCPH ou CU Expo sont souvent d’excellentes occasions de discuter à plus grande échelle, mais nous avons peu de moyens d’intégrer nos expériences au-delà des projets individuels. À mes yeux, c’est là un autre avantage possible d’un réseau d’études. Je ne sais pas comment faire de RC sans autoréflexion – mais parfois, lorsque nous travaillons seuls ou en petite équipe, nous n’avons pas toujours de réponse et nous pouvons rester bloqués. Cela peut créer de la frustration et de l’isolement. Travailler avec une communauté élargie de praticiens ayant une vaste expérience pourrait nous aider à identifier de nouvelles ressources et approches de travail ainsi que de nouveaux modèles.

Question : Croyez-vous que les études de RC ont la responsabilité de se concentrer sur des résultats ou des apprentissages qui auront un impact dans le monde réel? Si oui, comment cela se traduit-il dans le travail que vous réalisez?

OUI! Il est important que les études de RC soient orientées vers l’action et nous avons la grande responsabilité de montrer des résultats. S’il nous est impossible de démontrer que ce que nous faisons est bénéfique, nous devons nous y prendre autrement. Les types de résultats et de bienfaits sont à déterminer en équipe. Il serait irrespectueux de ne pas réfléchir ou de ne pas évoluer au besoin – ce serait un déshonneur et un mauvais service pour les organismes communautaires, les personnes ayant une expérience vécue et les dépositaires d’enjeux avec lesquels nous collaborons à la recherche.

Il est important de réaliser plus de méta-analyses. Dans le domaine de la RC, nous avons pour tradition d’examiner des processus d’études individuels. Les membres de la communauté et les autres dépositaires d’enjeux ont investi beaucoup d’énergie et de confiance en nous, chercheurs communautaires et universitaires. Nous devons déborder du cadre de l’analyse individuelle. Avec l’Étude de cohorte de RC, nous examinerons ces perspectives de manière plus intégrée afin d’acquérir des connaissances plus approfondies. Cela nous permettra d’identifier des occasions de changement pour influencer plus efficacement les facteurs systémiques et structurels.

Lisez nos principes de RC ici.

Permalink